En tant que consultante en recherche de cadres, je passe la plus grande partie de ma journée en conversation avec différentes personnes. Après avoir mené d'innombrables entrevues, je me suis rendu compte à quel point le niveau de remerciement était terriblement faible. Peut-être que je ne devrais pas être surprise. Oui, j'ai activement approché ces candidats, et oui, la plupart d'entre eux sont des cadres supérieurs – et pourtant... À mon avis, la lettre de remerciement est un outil bien plus puissant que ne le pensent candidats et recruteurs.

Celle-ci est utilisée à différentes fins et se matérialise sous diverses formes. Il peut s'agir du « merci de m'avoir proposé une entrevue » ou du « merci de m'avoir consacré du temps autour d'un café » ou encore du « merci pour votre considération ». Ces remerciements traduisent une émotion positive et fondamentale de surcroît. Demander poliment et remercier sont les premiers éléments que l'on enseigne à nos enfants; ces marques de politesse, si importantes, ne devraient pas être oubliées avec l'âge.

Les recruteurs, coupables au premier chef, sont effectivement souvent accusés de leur manque de rétroaction et de suivi. Prenons un exemple de processus de recrutement typique. Imaginons un candidat intéressé par une fonction particulière; appelons-le Marc. J'ai échangé avec Marc au cours des dernières semaines – nous avons fait connaissance –, il m'a transmis son CV, nous avons discuté du poste, il m'a fait part de ses intérêts, puis je lui ai proposé une entrevue. Nous poursuivons nos activités quotidiennes et, quelques semaines après, quand l'un d'entre nous a besoin de l'autre (Marc aimerait avoir des nouvelles du processus, je souhaite lui communiquer des informations concernant les étapes suivantes, etc.), nous nous contactons. Notre relation est qualifiée de transactionnelle.

Dans un monde où l'accent est mis sur le réseautage, il est surprenant de voir que de nombreux candidats n'abordent pas les entrevues dans cet état d'esprit. Non, je n'encourage pas les candidats à nous ajouter, nous les recruteurs, sur LinkedIn pour « les garder en mémoire afin de leur offrir de nouvelles opportunités », mais plutôt de transformer le lien transactionnel en un lien relationnel.

Revenons à Marc : ce qu'il ne sait pas, c'est que je reçois 10 autres candidats avec un profil similaire au sien qui visent tous le même poste. C'est souvent le cas dans le contexte économique actuel. Que le candidat traite avec un recruteur ou un responsable du recrutement directement, il est de sa responsabilité de faire la meilleure impression. Le rôle du candidat est donc de convaincre l'employeur qu'il est la personne idéale pour ce poste. Alors, pourquoi ne pas se donner toutes les chances? Ne vous méprenez pas : une simple lettre de remerciement ne va pas vous garantir une entrevue ni un emploi, mais elle ne nuit jamais. De plus, une lettre bien rédigée pourrait faire en sorte que le recruteur ou le responsable du recrutement regarde votre candidature avec plus d'intérêt.

Vous pensez peut-être que la lettre de remerciement, comme la lettre de présentation, est d'un autre âge. Changeons cette perception! Les recruteurs n'ont pas besoin de recevoir un courriel mielleux du type « la discussion d'aujourd'hui m'a rendu si enthousiaste par rapport au poste »; ce qu'ils veulent vraiment entendre ce sont des propos objectifs et factuels tels que « merci du temps que vous m'avez consacré; il s'agit là d'une belle occasion; vous recherchez quelqu'un en mesure de faire ceci; je suis la personne idéale, car j'ai telle expérience à mon actif ». Facilitez le travail du recruteur et convainquez-le (sans arrogance) que vous êtes la bonne personne pour ce poste. Être capable d'offrir un suivi et de proposer une conclusion concise est précieux, quels que soient le domaine et le poste. De plus (à moins que de nombreux candidats lisent cet article et commencent à envoyer des lettres de suivi), votre lettre vous portera chance, car elle vous démarquera de vos concurrents.

Cette leçon sur le pouvoir des lettres de remerciement peut aussi s'appliquer aux recruteurs. Notre métier consiste à établir des relations et favoriser le réseautage. Tout appel téléphonique ou courriel suit un but précis : trouver le candidat idéal pour un poste particulier. Ironiquement, toutes les personnes à qui nous parlons ne sont pas, au départ, des candidats, mais des « sources » telles que des experts de l'industrie, des leaders d'opinion, des hauts dirigeants. Notre objectif consiste à sonder leurs propres réseaux afin qu'elles nous recommandent tous les candidats adéquats. Un bon recruteur sait comment transformer une source en candidat. Cette tâche délicate nécessite un niveau de confiance ou de relation préalable entre la source et le recruteur. Ainsi, il est important que nous, les recruteurs, remerciions ces personnes pour leur temps, leurs points de vue et leur considération. Ainsi, en se développant, ces relations permettent aux recruteurs d'obtenir l'avis de leurs meilleures sources ainsi que leurs points de vue et recommandations, et inversement, de donner des conseils fiables pour leur carrière. Lorsque les recruteurs sont perçus comme des conseillers de confiance, les interactions deviennent davantage relationnelles et moins transactionnelles.

Il est vrai que nos horaires quotidiens chargés ne donnent pas la priorité à ces petits gestes, pourtant tellement essentiels. Ainsi, nous compromettons les avantages à long terme au profit du court terme. Un appel à froid auprès d'une source qui est suivi d'un petit geste de remerciement rend la relation plus chaleureuse; n'est-ce pas l'essence même du réseautage? Créer toujours plus de liens ne permet-il pas que l'appel ne soit jamais froid? Une lettre de remerciement a un grand pouvoir, à condition de prendre le temps de la rédiger.

Aux candidats qui s'épuisent à rédiger des longues lettres de présentation pour se démarquer et aux recruteurs qui essaient de développer leurs réseaux, pensez à revenir aux fondamentaux avec un simple remerciement. gouv.qc.

Nicole Duncan

Nicole is a Senior Consultant in the Montreal office, specializing in the assessment, identification and recruitment of senior and executive level talent within a broad spectrum of industries in th...

Partage du savoir

Insight

Michael Williams, lauréat d’un prix Forty Under 40 de 2018

L’associé d’Odgers Berndtson se voit décerner l’un des prix les plus prestigieux de la communauté...

Insight

Une nouvelle recherche redéfinit complètement le leadership

Le livre The Mind of the Leader, publié par Harvard Business Review Press, offre une perspective...

Insight

Nathalie Francisci lauréate du « Top 20 de la diversité »

Nathalie Francisci, associée au bureau de Montréal d’Odgers Berndtson et responsable de la gouver...