Ce mois-ci, nous rencontrons John Ruffolo. John est le chef de la direction d'OMERS Ventures, la division des opérations spéculatives d'OMERS qui, selon lui, est la version réelle de l'émission « Dans l'œil du dragon ». OMERS Ventures investit autant dans des entreprises en démarrage que dans des sociétés dont le développement est plus avancé, dans les secteurs des technologies, des médias et des télécommunications. Dans l'ensemble, trois ans après sa création, OMERS Ventures est le choix tout désigné pour les entreprises canadiennes qui convoitent du financement.

Avant de joindre les rangs d'OMERS Ventures, John était associé chez Deloitte. Comptable agréé, il a également travaillé pour Arthur Andersen LLP. John détient un baccalauréat en administration des affaires de la Schulich School of Business à l'Université York. Il siège à de nombreux conseils d'administration en plus d'être vice-président de la Fondation David Suzuki. John s'est récemment classé au premier rang du palmarès des 50 dirigeants d’entreprises les plus influents de la revue Canadian Business.


De toute votre carrière, quel est le leader qui a eu le plus d'influence sur vous, et pourquoi?

John Ruffolo : David Suzuki. Il m'a appris au fil des ans à me battre pour mes convictions, et ce, malgré les vents de résistance auxquels je fais face.

Parmi tous les leaders de la planète, lequel se distingue comme étant le plus pertinent, intéressant, inspirant et influent, et pourquoi?

Nelson Mandela. Non seulement se dévouait-il entièrement à sa cause, mais après tout ce qu'il a vécu, il a surmonté des douleurs profondes pour pardonner aux gens qui l'ont fait souffrir et pour collaborer avec eux.

Le Canada a récemment été classé au 14e rang d’un groupe de 16 pays dans le rapport annuel portant sur l'innovation du Conference Board du Canada. Vous avez toujours été très franc en ce qui concerne le besoin de relancer le moteur de l'innovation au Canada. Quelle est la principale raison du retard qu'accuse le Canada en la matière et que doit-il se produire pour que son classement s’améliore?

Je pense que le Canada a des problèmes de productivité, non pas d'innovation. En matière d'innovation, on observe la montée en puissance de l’esprit d’entreprise au Canada, et ça ne fait que commencer.

Changement de sujet : quel type de patron êtes-vous?

J'aime à penser que je suis ouvert, transparent et coopérant, puisque j'ai grandi dans un milieu axé sur le partenariat plutôt que sur les ordres et la discipline.

Qu'est-ce que vous recherchez chez les candidats à l'embauche pour OMERS Ventures?

La passion, l'énergie, et le désir incessant d'apprendre.

Comment vos expériences précédentes à titre de consultant pour Arthur Andersen et Deloitte vous ont-elles aidé dans vos fonctions actuelles de chef de la direction? Quelles leçons transmettez-vous à l'équipe d'OMERS Ventures?

L'équipe d'OMERS Ventures est constituée de joueurs de calibre mondial qui ont tous des carrières professionnelles ou universitaires brillantes. Par conséquent, une mentalité axée sur le partenariat est le seul type de relation qui puisse fonctionner efficacement entre nous.

Saviez-vous dès le début de votre carrière que vous deviendriez chef de la direction? Ou est-ce arrivé naturellement?

Non. Je voulais devenir archéologue. Disons que j'ai complètement raté ma cible.

OMERS Ventures a connu une croissance considérable ces dernières années. Comment arrivez-vous à concilier le travail et la vie familiale, tout en restant productif et pertinent?

C'est un défi quotidien, mais j'aime tellement le milieu de l'innovation que je n'ai pas l'impression d'aller travailler le matin. Je ne sacrifie aucunement ma famille ni ma santé physique, car ce sont deux éléments essentiels qui font en sorte que je suis à mon meilleur au bureau.

Une dernière question – Quelle est LA chose à votre sujet que les gens pensent à tort?

Tout le monde croit que je ne possède aucune cravate. C'est faux, j'en ai deux... et je vais peut-être les porter un jour.

Anthony Batchelor

Anthony Batchelor is a Partner in the firm's Toronto office, responsible for executive search, leadership assessment and interim management in the global technology and professional services sector...

Partage du savoir

Insight

Tinder recruteur, c’est pour demain!

par Nathalie Francisci pour les affaires

Insight

Décrocher pour refaire le plein

La surcharge numérique entraîne l’épuisement professionnel, du stress, une baisse de productivité...