Devenir membre d’un conseil d’administration – Réponses aux questions les plus fréquentes

23 nov. 2020

Devenir membre d’un conseil d’administration – Réponses aux questions les plus fréquentes

Nombreux sont les dirigeants qui souhaitent siéger à un conseil d’administration. Or, le processus de recrutement n’est pas tout à fait le même qu’ailleurs dans le monde professionnel. Après notre récent webinaire en direct, où les conférencières Elaine Roper, cheffe des pratiques Ressources humaines et Administrateurs chez Odgers Berndtson, et Deborah Rosati, fondatrice et PDG de Women Get On Board inc., nous ont expliqué comment décrocher un premier poste d’administrateur, nous avons reçu beaucoup de questions intéressantes dont vous trouverez les réponses ici.

Vous avez manqué notre webinaire? Vous pouvez accéder à l’enregistrement ici.

Comprendre la valeur d’un titre ou d’une formation en gouvernance de sociétés

Faut-il détenir un titre pour être membre d’un conseil d’administration? Un titre vaut-il plus qu’un autre? Vaut-il la peine d’investir temps et argent quand on a déjà beaucoup d’expérience au sein de conseils d’administration?

Deux titres, soit celui d’administrateur (IAS.A) de l’Institut des administrateurs de sociétés et celui d’administrateur de sociétés certifié (ASC/C. Dir.) constituent une excellente base pour les professionnels qui souhaitent optimiser leur potentiel de leadership au sein de conseils d’administration. Il convient tout de même de noter qu’à l’heure actuelle, il n’est pas essentiel de détenir un titre pour siéger à un conseil.

Pour déterminer s’il vaut la peine d’investir du temps et de l’argent pour en obtenir un, il faut tenir compte de votre bagage d’expérience. La gouvernance, du point de vue des connaissances, évolue constamment. Il est primordial d’en comprendre les processus ainsi que les responsabilités fiduciaires, et de se tenir au fait des changements dans la loi et dans la réglementation de l’industrie concernée.

Cela dit, le rôle d’administrateur tend à se professionnaliser, et de plus en plus d’exigences et de responsabilités y sont associées. Si vous songez sérieusement à siéger à un conseil d’administration, il serait souhaitable de suivre une formation officielle. De plus, même si ce n’est pas le cas à l’heure actuelle, nous prévoyons qu’au cours des cinq prochaines années, il pourrait devenir obligatoire de détenir un titre pour siéger à un conseil d’administration.

L’Institut des administrateurs de sociétés et le Collège des administrateurs de sociétés offrent tous deux des programmes de certification de première qualité ainsi que des cours de perfectionnement en vue d’améliorer l’efficacité des conseils d’administration.

Quel type d’expertise ou de formation en finance recommanderiez-vous à une personne qui n’en a pas? Où de tels cours sont-ils offerts?

Il n’est pas obligatoire de détenir un titre de CPA ou d’avoir un MBA pour siéger à un conseil d’administration, mais il faut avoir une bonne compréhension des éléments comptables et financiers pour être en mesure de participer de façon efficace à un conseil et d’exceller dans un poste d’administrateur. Vous pouvez acquérir cette expérience dans le cadre de votre carrière, mais si vos fonctions professionnelles ne vous exposent pas à cet univers, il existe des programmes de formation en administration qui s’adressent tout particulièrement aux gestionnaires qui n’œuvrent pas dans le domaine financier.

Voici quelques exemples des formations qui existent (la plupart des établissements postsecondaires offrent des programmes semblables) :

Qu’est-ce que l’expertise en ESG (facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance) et quelle importance prendra-t-elle au sein des conseils d’administration à l’avenir?

Le terme ESG est employé pour parler d’investissements durables ou socialement responsables dans le cadre desquels les décideurs tiennent compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance en plus des autres facteurs financiers dans leur processus d’investissement. Il peut s’agir, par exemple, d’enjeux climatiques comme les pénuries d’eau et la déforestation, ou encore de droits de la personne et d’enjeux de gouvernance comme le mouvement #MoiAussi et les pratiques d’embauche axées sur la diversité.

Le rôle d’un administrateur est de reconnaître et d’évaluer les risques et d’aider l’entreprise à les minimiser. Pour s’acquitter de leurs obligations fiduciaires, les conseils ont besoin d’administrateurs qui sauront comprendre, évaluer et communiquer les risques associés aux facteurs ESG et qui sauront offrir les conseils et l’encadrement nécessaires pour aider l’entreprise à être plus résiliente et à atténuer ces risques.

Ce type d’expertise est de plus en plus important pour les conseils d’administration, et le phénomène continuera à prendre de l’ampleur.

Indiquer son appartenance à la diversité

Un candidat doit-il indiquer qu’il est issu de la diversité dans son CV de candidature à un conseil d’administration? De quelle manière le processus d’évaluation initial tient-il compte de la diversité (race, ethnicité, genre, identité, parcours et autres expériences vécues)?

Il appartient à chacun de décider s’il veut s’autodéclarer comme membre des groupes désignés aux fins de l’équité en matière d’emploi. La plupart des processus de recrutement permettent désormais aux candidats de faire une déclaration volontaire tout en leur laissant la possibilité de décrire leur parcours et leurs expériences personnelles et professionnelles.

Si vous êtes membre d’une communauté qui revendique l’équité, il peut être avantageux d’en parler ouvertement. Aujourd’hui la diversité et la complémentarité au sein d’un conseil d’administration font partie des exigences et revêtent une importance et une attention accrues. En effet, il a été prouvé que les conseils d’administration composés de personnes issues de communautés diversifiées et d’horizons divers sont plus efficaces.

Néanmoins, la divulgation de votre appartenance à un groupe désigné vous appartient et on ne peut exiger que vous l’affichiez officiellement.

Rédiger un CV pour siéger à un conseil d’administration

Conseil d’administration et entreprise : le CV est-il le même?

Non! Les deux CV peuvent se ressembler, mais il convient d’adapter le document en fonction du poste convoité et de l’entreprise. Le fond est tout aussi important que la forme, et vous devez savoir rendre votre CV attractif. La principale différence entre un CV d’administrateur et un CV pour un poste en entreprise, c’est la façon de mettre en valeur votre expérience. Règle générale, le CV pour un poste dans une entreprise énumère vos expériences de leadership et identifie les principaux indicateurs de performance liés à vos fonctions.

Le CV pour le conseil d’administration, lui, doit être plus bref et concis. Il doit mettre l’accent sur votre implication au sein de comités, de sous-comités ou de la communauté et indiquer, si possible, vos réalisations. Il doit par ailleurs expliquer comment votre expérience et votre savoir-faire apporteront de la valeur et des perspectives originales aux discussions et à la prise de décisions pour l’entreprise.

Acquérir l’expérience qu’il vous faut

Pour occuper un poste d’administrateur, faut-il à tout prix être cadre, par exemple occuper un poste de vice-président ou de président? Quel type d’expérience doit-on-détenir?

Pour faire partie d’un conseil d’administration, vous devez posséder de l’expérience en élaboration de stratégies et de politiques organisationnelles. Or, ce type d’expérience s’acquiert généralement dans les fonctions de haute direction. Dans les conseils d’administration d’organismes à but non lucratif (OBNL) ou de sociétés d’État, l’expérience de direction d’entreprise est parfois moins essentielle, mais tous les candidats ont généralement une expérience en gestion.

Il arrive aussi que les membres d’un conseil d’administration aient besoin d’un spécialiste pour une question très pointue et qu’ils invitent un expert-conseil à assister à leurs réunions. Ces spécialistes chevronnés en droit, en comptabilité, en questions gouvernementales ou en politiques, informent et renseignment les administrateurs, tout comme les professionnels ayant une connaissance approfondie d’un certain domaine ou secteur (IA, sciences des données ou ESG, par exemple), et ce, même s’ils n’ont pas d’expérience de direction.

Il semble qu’il faut absolument avoir déjà siégé à un conseil d’administration pour obtenir un poste d’administrateur. Si on n’a jamais fait partie d’un conseil d’administration, quelle est la meilleure façon de décrocher un premier mandat?

Les conseils d’administration d’OBNL, les conseils consultatifs d’entreprises privées ou même certains organismes sont parfois plus accessibles et vous permettront d'acquérir l’expérience nécessaire. De nombreux OBNL et organismes d’État veulent des administrateurs provenant de différents milieux et ayant différents degrés d’expérience. Ce sont d’excellents endroits où apprendre à connaître les mécanismes et les dynamiques des conseils d’administration, à développer son savoir-faire et bâtir un réseau professionnel.

Est-il préférable d’occuper un poste de niveau moins élevé dans une entreprise de premier plan ou un poste de niveau supérieur dans une entreprise de plus petite taille?

Heureusement, il n’existe pas qu’un seul chemin pour se tailler une place au conseil d’administration. Les conseils d’administration des plus grandes entreprises sont à la recherche d’administrateurs chevronnés qui peuvent apporter une contribution significative aux discussions, à la prise de décisions et à l’évaluation des risques et des possibilités, mais ils ont aussi besoin de perspectives externes et diversifiées et de membres qui peuvent remettre les choses en question. Disons qu’un conseil d’administration a besoin d’une expertise en IA, ce qui est dans vos cordes, mais que vous êtes à la direction d’une entreprise commerciale de plus petite envergure. Vous pourriez être le candidat idéal, surtout si vous arrivez à vous démarquer et à faire valoir votre utilité.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui a de l’expérience dans des postes de direction dans le secteur public ou qui fait carrière en politique, mais qui souhaite siéger à un conseil d’administration?

Commencez par déterminer les organisations où vous pourriez être le plus utile en fonction de votre expérience et de votre savoir-faire. Les personnes qui connaissent très bien le secteur public ou la politique jouent souvent un rôle très important de conseiller auprès du conseil d’administration, mais il faut savoir que votre passé politique peut être une arme à deux tranchants. Si vous avez une très forte allégeance politique, vous aurez peut-être de la difficulté à trouver une place au sein d’un conseil.

L’impartialité politique est à privilégier : mobilisez votre connaissance de la politique publique et vos relations gouvernementales et montrez ce que vous pouvez apporter à l’organisation.

Trouver une place au sein d’un conseil d’administration

Dans le webinaire, nous avons donné quelques suggestions pour repérer des mandats au sein de conseils d’administration, et nous avons cru bon les partager ici.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous. En voici quelques-unes :

  • L’IAS a une banque d’administrateurs réservée aux membres où des mandats au sein de conseils d’administration sont affichés et actualisés de façon régulière.
  • Les mandats d’administrateurs dans le secteur public ou dans les organismes d’État sont affichés sur les sites Web gouvernementaux officiels. Les postes d’organismes du gouvernement fédéral sont quant à eux affichés ici, et les postes provinciaux se retrouvent sur les sites Web officiels des gouvernements provinciaux.
  • Les ordres professionnels, organismes d’autorégulation et associations professionnelles comme le Barreau et CPA Canada affichent parfois des postes, tout comme les organismes axés sur les membres comme Women Get On Board et theBoardlist.
  • Sur le site Web Charity Village on trouve des postes vacants au sein de conseils d’administration d’organismes à but non lucratif.

Enfin, si vous souhaitez vous joindre à un conseil d’administration d’entreprise, n’oubliez pas de consulter les sites Web d’entreprises, où ces postes sont souvent affichés.

Au bout du compte, c’est souvent une question de recherches et de réseautage. Déterminez les types d’organisation qui vous intéressent le plus et faites vos recherches pour savoir qui siège actuellement au conseil. Cherchez ensuite à savoir si vous avez une relation avec l’un ou l’autre des administrateurs et comment vous pouvez en tirer profit.

Avez-vous des conseils sur le réseautage en temps de pandémie?

Faites comme avant, mais en ligne! Commencez par la recherche, puis communiquez et faites de votre mieux pour tisser et entretenir des liens personnels. Prendre un café avec quelqu’un, ça se fait aussi sur Zoom!

Et pour finir…

Quelle est la plus grosse erreur que commettent les nouveaux membres de conseils d’administration quand ils viennent d’être nommés?

La plus grosse erreur des nouveaux administrateurs, c’est souvent de ne pas s’imprégner suffisamment de l’entreprise, de la culture et des pratiques du conseil auquel ils viennent de se joindre. Il faut écouter, apprendre et faire ses recherches. Il faut aussi faire ses devoirs, se documenter et demeurer au fait des enjeux.  

Si vous venez d’obtenir un siège à un conseil d’administration, trouvez-vous un mentor et faites appel au soutien des autres membres, par exemple le président ou un président de comité. Les cadres qui soutiennent les comités auxquels vous siégez peuvent aussi vous renseigner, vous fournir des documents et vous offrir un autre point de vue. Tenez les rênes de votre propre intégration et faites le nécessaire, comme vous le feriez pour tout autre poste de cadre.

J’ai reçu des propositions de quelques organisations qui affirment pouvoir m’aider à obtenir un poste d’administrateur. Il y a des frais d’adhésion. Est-ce une offre intéressante ou vaut-il mieux choisir la voie « gratuite »?

Méfiez-vous de toute organisation qui vous demande de payer pour trouver un poste; elles sont rarement dignes de confiance. Par contre, l’adhésion à une organisation crédible (comme celles mentionnées dans cet article) peut être un moyen utile d’étendre votre réseau. Il s’agit d’organisations qui cherchent généralement à offrir des possibilités de perfectionnement, à rendre le processus plus facile et à vous aider à optimiser votre réseau. Mais n’oubliez pas que rien n’est garanti!

Lorsque j’étais cadre supérieur dans une des grandes banques canadiennes, nous n’avions pas le droit de siéger à un conseil d’administration d’organisation à but lucratif. Est-ce que cela a changé?

Non, cela n’a pas changé. Certains cadres et experts-conseils professionnels chevronnés n’ont pas le droit de siéger à de tels conseils en raison des conflits d’intérêts réels ou potentiels avec l’entreprise pour laquelle ils travaillent. Dans certains cas, il peut être possible de siéger au conseil d’administration d’un organisme d’État ou d’une filiale, mais il faut d’abord vérifier auprès de toutes les organisations concernées afin d’éviter les conflits d’intérêts.

Avez-vous consulté notre guide étape par étape?

Aimeriez-vous apprendre comment décrocher un poste d’administrateur? Téléchargez notre livre électronique, Getting on a Corporate Board (en anglais).

Notre pratique Administrateurs

Nous travaillons avec les conseils d’administration en vue de les aider à trouver une composition diversifiée et équilibrée, à l’image de l’orientation stratégique de l’organisation et alliant expertise et expérience à justes doses. Plus précisément, nous proposons des évaluations de conseil d’administration axées sur une meilleure efficacité, ainsi que des services de recrutement d’administrateurs et de planification de la relève pour aider les conseils à se préparer à l’avenir.

Souhaitez-vous en apprendre davantage? Communiquez avec nous.