La culture organisationnelle joue un rôle important dans bon nombre de décisions stratégiques de gestion et de direction que doivent prendre les chefs de direction. La compatibilité est de plus en plus un gage de succès pour les cadres nouvellement embauchés. Autrement dit, leur réussite dépendra davantage de la mesure dans laquelle ils comprennent la culture de l’entreprise et s’imprègnent de celle-ci, que de leurs compétences ou de leur expérience.

En fait, selon le rapport 2018 Executive Career Outlook de BlueSteps, la culture d’entreprise arrive au deuxième rang des principales raisons qui poussent les cadres à quitter leur emploi.

Les candidats à de tels postes doivent donc absolument vérifier si la culture de l’entreprise où ils postulent concorde avec leur marque personnelle et leurs objectifs de carrière.

Voici quelques éléments que vous devriez prendre en compte, surtout aux dernières étapes du processus d’entrevue :

  1. Soutien de la part de l’équipe de haute direction

    « Si vous devenez chef de direction d’une entreprise, vous deviendrez aussi le chef de sa culture. Vous aurez donc la possibilité d’influer sur celle-ci, mais vous devez d’abord vérifier quel type de soutien vous obtiendrez de la haute direction, car c’est elle qui propagera votre message à l’échelle de l’organisation », explique Brad Wolff, expert en optimisation de l’effectif et associé directeur de PeopleMax.

  2. Dynamique du pouvoir avec le conseil d’administration/de direction

    Même si le chef de direction a le dernier mot sur les décisions de gestion, le conseil d’administration exerce tout de même une influence importante. Selon Brad Wolff, il est crucial pour tout chef de direction éventuel d’avoir une « conversation honnête » avec les membres du conseil d’administration afin de connaître les enjeux systémiques et les défis liés au marché auxquels est confrontée l’entreprise et « la façon dont sont prises les décisions qui s’y rattachent...le processus décisionnel est-il collaboratif et équilibré, ou favorise-t-il une partie ou une faction en particulier? » 

    Elizabeth Stewart, chef de l’évaluation et du perfectionnement des cadres d’Odgers Berndtson à Londres suggère de demander ce qui suit aux membres du conseil d’administration/de direction : « Quel est le plus grand défi que vous avez relevé l’an dernier? Et dans les cinq dernières années? Pour relever ces défis, de quelle manière une stratégie a-t-elle été élaborée et qui l’a dirigée? »

    Elizabeth Stewart estime que les réponses à ces questions vous permettront de savoir « si l’entreprise et vos collègues de la haute direction ont foi en la collaboration et le perfectionnement continu, ou s’ils préconisent plutôt une culture du blâme. »

    Si vous êtes candidat à un autre poste de haute direction, comme celui de DPF ou de DPRH, M. Wolff vous suggère d’essayer de déterminer le rôle que jouaient vos prédécesseurs dans les discussions stratégiques, notamment lors des réunions du conseil d’administration, et si leurs idées étaient habituellement valorisées et mises en œuvre.

  3. Expérience du chef de direction et autres dirigeants précédents

    « Je demanderais aussi à parler à l’ancien chef de direction pour lui demander où sont les lacunes et quelles sont, à son avis, les réalités fondamentales de l’entreprise », conseille Brad Wolff. « Si le responsable du recrutement hésite à vous mettre en contact avec cette personne, ce n’est pas bon signe. »

  4. Expérience de l’employé moyen

    « Demandez qu’on vous donne les résultats des sondages sur la mobilisation des employés. S’ils sont conçus et réalisés correctement, ces sondages donnent une bonne idée de ce que les employés pensent réellement de la culture de l’entreprise, en particulier ce qu’ils dévoilent dans leurs commentaires, dont la haute direction ne parlera probablement jamais », fait remarquer Mme Stewart.

    « La culture, c’est ce qui se passe au quotidien dans les services, dans les équipes. Travaillez comme consultant pendant un jour ou deux, et passez du temps sur le terrain », conseille M. Wolff. « Promenez-vous sur différents étages et voyez comment est l’ambiance. »

    « Les gens interagissent-ils entre eux? Les employés ont-ils l’air stressés? Comment sont aménagés les bureaux? Y voit-on des bureaux à cloisons ou s’agit-il d’un espace ouvert? Les dirigeants/chefs de service ont-ils tous leur propre bureau privé? Le lieu de travail vous semble-t-il inclusif? »

    Il recommande aussi de parler avec des personnes occupant différents postes dans différents services pour en apprendre davantage sur la culture de l’entreprise. Où travaillaient les employés actuels avant de se joindre à l’entreprise et où vont ceux qui quittent leur emploi?

    Un bon conseil : avant d’accepter un poste de haute direction, faites vos devoirs.

Tiré du magazine OBSERVE produit par Odgers Berndtson, cet article est tiré de la plus récente édition portant sur la culture.

Enregistrez-vous pour télécharger une copie gratuite

Elizabeth Stewart

Elizabeth (Liz) has over 30 years as a business consultant, working for global professional services firms, and in the last 15 years focused on advising on Boards, CEOs, the C-Suite and their pipel...

Partage du savoir

Insight

Les stratégies d’embauche qui amélioreront votre culture d’entreprise

Lorsqu’elles recrutent de nouveaux employés, les organisations accordent davantage d’importance à...

Insight

Culture d’entreprise – Les conseils d’administration doivent prendre les rênes

Les conseils d’administration doivent contribuer beaucoup plus activement à l’évaluation et à la...

Insight

Les quatre valeurs qui ont permis à WestJet de prendre son envol

Le transporteur aérien canadien WestJet est louangé pour sa culture d’entreprise extraordinaire a...