Une Journée Dans Les Hautes Sphères Du Monde Des Affaires

Deux Étudiants Du B.A.A Finalistes Au Concours CEOx1Hour

André Dasté et Élodie Lussier Piché.

Élodie Lussier Piché et André Dasté sont deux des 18 finalistes canadiens du concours CEOx1Jour. Cette sélection leur a permis récemment d’être jumelés à un chef ou une cheffe de la direction d’une grande compagnie canadienne et de les accompagner dans leurs activités professionnelles, l’espace d’une journée.

Cette journée dans la vie d’un CEO est la récompense ultime d’un concours étudiant qui s’est enclenché en septembre 2018. Après un processus de sélection comprenant l’envoi d’un CV, des tests psychométriques et une entrevue téléphonique, un groupe de demi-finalistes (14 pour le Québec) a été invité à passer une demi-journée dans les bureaux du recruteur Odgers Berndtson.

De ces 14, quatre ont été retenus pour le jumelage, dont Élodie Lussier Piché et André Dasté. Tous deux sont étudiants à HEC Montréal en troisième année du programme de baccalauréat en administration des affaires (B.A.A.).

Sur les traces de Daniel Lamarre

Élodie Lussier Piché a vécu son immersion dans le quotidien du président et chef de la direction du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, le 14 février. Arrivée à 8 h 30 au siège social de la compagnie, dans le quartier Saint-Michel à Montréal, l’étudiante a eu une journée chargée. Celle-ci a inclus une visite guidée des installations du Cirque – des ateliers de couture, aux gymnases d’entraînement, en passant par les laboratoires technologiques – , des rencontres avec des membres de l’exécutif du Cirque et plusieurs réunions par rapport à de multiples dossiers dont le PDG doit assurer le bon déroulement.

Elle a aussi profité de plusieurs conversations face à face avec Daniel Lamarre, ce qui lui a permis de lui poser beaucoup de questions, de noter quelques conseils pratiques et d’apprendre plusieurs anecdotes au sujet du parcours de son interlocuteur.

« J’ai été frappée par la complexité et surtout l’ampleur du Cirque du Soleil. C’est énorme et cela implique des aspects de gestion, notamment juridiques, que je ne soupçonnais pas », raconte l’étudiante. Celle-ci avoue avoir été impressionnée par la prépondérance et la quantité des réunions dans l’horaire de Daniel Lamarre. C’est sans compter ses voyages d’affaires, souvent hebdomadaires, un peu partout dans le monde.

Son moment préféré de la journée

« La visite du siège social. C’est vraiment impressionnant de voir la complexité des opérations pour monter un spectacle et tout le matériel nécessaire. »

Un conseil reçu qu’elle mettra en application

« Miser beaucoup sur son sommeil et sur la discipline par rapport à son hygiène physique. Daniel Lamarre est très structuré et rigoureux. Il se couche tôt et tous les matins à 6 h, il s’entraîne au gymnase. »

Ce qui lui a permis de se démarquer durant le concours

« Durant les entrevues, je vais droit au but. Je suis honnête et authentique. »

---

Dans le quotidien de Nathalie Paladitcheff

André Dasté a pour sa part passé la journée du 25 février en compagnie de Nathalie Paladitcheff. Cette dernière est présidente du groupe Ivanhoé Cambridge, une filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

André admet d’emblée qu’avant de la rencontrer, il connaissait peu de choses sur Nathalie Paladitcheff et la compagnie qu’elle dirige. Il a été agréablement surpris de découvrir les valeurs qui animent cette femme d’affaires influente :

« Sa vision c’est vraiment : les Québécois d’abord. Elle est très consciente que les actifs qu’elle gère n’appartiennent pas à la compagnie, mais aux Québécois. J’ai beaucoup aimé cet esprit », dit-il.

André Dasté a aussi pu assister à plusieurs rencontres avec d’autres membres de la haute direction d’Ivanhoé Cambridge. L’étudiant qui se spécialise en technologies de l’information a été particulièrement captivé par son entretien avec le vice-président principal des T.I. de la compagnie, Jean-François Perras.

Il avoue avoir été impressionné par la quantité de dossiers suivis par la CEO en une seule journée. Même durant sa pause de dîner, raconte-t-il, elle est consultée par son adjointe pour régler mille et un détails. « Pas une seconde n’est laissée au hasard. »

Son moment préféré de la journée

« Être devant la porte de son bureau. Le moment d’attente durant lequel l’excitation et la nervosité étaient à son comble avant la première rencontre. »

Un conseil reçu qu’il mettra en application

« Trouver du sens à ce qu’on fait, c’est la clé pour s’épanouir. »

Ce qui lui a permis de se démarquer durant le concours

« J’étais sans aucun doute le plus introverti des 14 demi-finalistes, j’ai donc laissé les autres se mettre de l’avant. J’ai cependant beaucoup écouté et je suis resté moi-même. »

Publié à l'origine dans les affaires: HEC Montréal.